Eric Bédouet : “En montant le bloc, contrairement à ce qu’on croit, on ne se met pas en danger justement”

Jules Koundé

 

Éric Bédouet, sur le sujet du pressing pas forcément suivi par tous les joueurs girondins face à Toulouse, a expliqué que cela venait notamment d’une peur de se découvrir.

« C’est lié au fait qu’on a peur de se découvrir. Pour l’instant, on ne joue pas serein. J’ai bien aimé toute la première partie de saison où ça jouait, ça se lâchait, ça accélérait. Je trouvais ça très bien, il fallait qu’on garde ça le plus longtemps possible. Ça a duré plusieurs mois, même si on n’a pas fait… Depuis la trêve, il y a un peu plus de calculs parce que la fin de saison approche. On voit que les points, il va falloir les prendre, c’est normal. Quand on a une équipe de métier, ça gère un peu plus facilement. Mais là non. Mais c’est bien, on a gagné contre Toulouse, il faut enchainer. On sait que ce sera difficile, mais ce sera difficile jusqu’à la fin de la saison. On n’a aucun match donné ».

Quant aux joueurs qui doivent faire remonter le bloc, le coach bordelais explique que c’est au gardien et aux défenseurs centraux de jouer.

« Il y a le gardien de but qui participe à faire remonter le bloc. Et il y a les défenseurs centraux qui eux commandent la hauteur du bloc. Parfois, on peut les aider en intervenant, mais ils n’entendent pas toujours, ils sont dans l’action. On essaye… Ce sont des réflexes. Quand vous menez 1-0, vous êtes toujours sous le coup de prendre un but. Parfois, ça nous empêche d’avoir ce réflexe de faire monter le bloc. En montant, contrairement à ce qu’on croit, on ne se met pas en danger justement. On évite ça. Ce sont de petites choses qui vont venir doucement, c’est normal, ce sont de jeunes joueurs […] C’est l’étape suivante pour Jules (Koundé), absolument. C’est le domaine de la formation ».

Retranscription Girondins4Ever