Julien Courbet : “Je ne vois pas ce fonds de pension rester là, à végéter… Ils vont s’écœurer avant nous, parce que nous on ne s’écœurera jamais”

Sur GirondinsAnalyse, Julien Courbet a donné son avis sur les fonds d’investissement comme King Street, propriétaire des Girondins de Bordeaux.

« Un fonds de pension, ils veulent une augmentation de deux chiffres sur la croissance. 10-20% chaque année, il faut que ça crache, et peu importe les méthodes pour ça. En général, dans une boite, quand un fonds de pension arrive, quand il y a cent personnes on en dégage quarante. On tire sur tout, on revend, on fait une plus-value et on s’en va. Mais dans le football, ça ne se passe pas comme ça… Je leur laisse encore l’année prochaine, c’est là où on verra vraiment. Ils n’ont pas eu de chance avec ce Covid, donc cette année 2, je ne la compte qu’à moitié. Mais au mois d’août de l’année prochaine, on va bien voir avec quoi on va démarrer l’équipe […] Encore une fois, je pense que l’année est pliée. On n’ira pas chercher l’Europe, mais on peut peut-être essayer de finir 8-9ème… Mais c’est l’année prochaine […] Je ne vois pas ce fonds de pension rester là, à végéter… Quel est l’intérêt ? L’argent qu’ils ont mis est en train de se déprécier petit à petit, ils vont s’écœurer avant nous, parce que nous on ne s’écœurera jamais, et heureusement pour les Girondins. Mais espérons juste qu’arrivera derrière quelqu’un qui… C’est un sponsor comme Afflelou qu’il nous faudrait, une belle marque qui ne peut pas se permettre d’être 17ème pour sa clientèle. Il ne faut pas chercher à faire trop de marketing, etc. Il faut revenir aux fondamentaux, on est Bordeaux, on doit tauler Marseille, le PSG, etc (rires). Ce que veulent les supporters, ce n’est pas de l’Instagram, ce sont les buts… Il faut revenir aux fondamentaux. Bien sûr qu’il faut faire de l’argent, mais arrêtez de faire du foot un modèle économique, le foot ce n’est pas ça  ».

Retranscription Girondins4Ever