Florian Brunet : “Nulle part au monde, une entreprise qui annonce un budget prévisionnel de 50M€ pour 80M€ d’endettement ne survit… Nous regardons une bête agoniser qui est déjà morte…””

Florian Brunet a fait part de son sentiment sur les derniers chiffres énoncés par Frédéric Longuépée, notamment au niveau des dettes des Girondins de Bordeaux, et ce qui a aidé à accroitre le déficit structurel du FCGB.

“J’aimerais comprendre comment un club, qui est aussi une entreprise, peut survivre en affichant un déficit de 80M d’€ et en annonçant un budget à 50. Comment cela va-t-il être payé ? Je suis surpris que l’inquiétude ne monte pas plus. King Street va donc assumer ce gouffre ? Que va-t-il se passer ? Le nombre de salariés est déjà excessif au moment de la vente, nous embauchons pourtant à tour de bras sous l’impulsion notamment d’Antony Thiodet recruté par Frédéric Longuépée, et annoncé comme celui nous permettant de remplir un stade qui ne sonna pourtant jamais aussi creux. De 220 à 310 salariés. Sans parler de ce qui nous touche dans notre chair, à savoir la déstabilisation totalement inutile du service de sécurité avec le recrutement d’un policier pour, on ne va pas se mentir, mater le Virage Sud. Cette personne fraîchement embauchée pour des raisons obscures doit partir […] Personne de sérieux n’achètera un tel passif tout en payant une telle somme à l’achat… Ou alors un philanthrope milliardaire… Ça ne court pas les rues… Le type qui pose 70 M€ en récupérant le passif est un malade mental… […] Nous concernant, nulle part au monde, une entreprise qui annonce un budget prévisionnel de 50M€ pour 80M€ d’endettement ne survit… Nous regardons une bête agoniser qui est déjà morte…”.