Denis Balbir : « Quand on a des soucis défensifs, on ne doit pas se passer d’un soldat comme ça. Ce n’est pas Sergio Ramos mais c’est quand même une défenseur solide »

Pour But!, Denis Balbir s’est exprimé sur la situation actuelle des Girondins de Bordeaux et sur les choix de Gérard Lopez la semaine dernière.

« Après la tentative d’électrochoc, Bordeaux a pris une énorme claque. Une claque qui prouve que le mal est profond. Je n’ai pas tout compris de la stratégie de Gérard Lopez de sanctionner des cadres, de les mettre face à leurs responsabilités en les jetant de l’équipe… On fait peser la responsabilité du début de saison manquée sur certains joueurs comme Paul Baysse ou Laurent Koscielny. Je trouve ça facile. Baysse écarté, je ne comprends pas. Ce n’est pas la première fois qu’on le met de côté. Quand on a des soucis défensifs qui sont ceux de Bordeaux actuellement, on ne doit pas se passer d’un soldat comme ça. Ce n’est pas Sergio Ramos mais c’est quand même une défenseur solide. Pour Koscielny, c’est encore pire. Certes, c’était la figure de GACP – King Street et un gros salaire du vestiaire mais on le fait passer de capitaine à indésirable. On se passe sciemment d’un joueur au vécu international, avec un état d’esprit de leader et qui n’hésite pas à prendre la parole dans la tempête. Même si parfois il est maladroit dans ces mots comme ce fut le cas avec les jeunes ou Ben Arfa, on n’écarte pas un joueur comme ça dans de telles circonstances… C’est un grand n’importe quoi ! ».