Nicolas Paolorsi : « Un monument du foot français s’est écroulé, et on a la sensation que personne n’assume »

Nicolas Paolorsi est revenu sur la soirée de la dernière rencontre des Girondins de Bordeaux, face à Lorient (0-0).

« C’était une soirée cauchemar. Ça a commencé dès le début du match avec une énorme tension, des supporters dispersés à la lacrymogène parce qu’ils ont tenu à accueillir le bus des joueurs. C’était un bus d’ailleurs banalisé, il n’y avait pas le bus traditionnel parce qu’on a essayé d’esquiver ce cortège de supporters… Tout au long du match il y a eu des banderoles, des chants hostiles, contre les joueurs, contre la direction aussi. Et à 5 minutes de la fin, ces fumigènes noirs qui ont été craqués pour escorter la banderole ‘colère noire’. Sur le terrain, rien, Bordeaux n’a pas été capable de gagner un match une nouvelle fois. Une victoire sur les 15 derniers matches en Ligue 1 cette saison. Et en coulisses après la rencontre, il y avait cette ambiance de mort qui régnait. Le mot est fort, mais c’est ça. Un président absent, un directeur sportif qui ne s’est pas exprimé. A part David Guion en conférence de presse, un seul joueur a parlé : Sékou Mara, une petite minute. Un monument du foot français s’est écroulé, et on a la sensation que personne n’assume. Les supporters n’y croyaient plus depuis longtemps, ils attendaient ce couperet de la Ligue 2. Descendre, c’est presque une fatalité quand on voit tous les déboires vécus cette saison. L’entraineur ne s’est pas voilé la face en conférence de presse. Bordeaux jouera en Ligue 2, c’est une première depuis 30 ans, et à l’époque c’était à cause d’une relégation administrative. 62 ans que les Girondins ne sont plus descendus sportivement. Imaginez-vous… En termes de points, c’est le plus faible total des Girondins de Bordeaux depuis l’après-guerre. Une saison désastreuse à tous les étages ».

RMC

Retranscription Girondins4Ever