Sébastien Piocelle : « En tant qu’ancien joueur, Bordeaux est un club historique, et je suis content que Bordeaux puisse rester dans le monde professionnel »

Sur RMC, Sébastien Piocelle s’est exprimé sur le maintien des Girondins de Bordeaux en Ligue 2, les propos de Gérard Lopez, et la saison bordelaise à venir.

« Un mot sur Gérard Lopez. Il maitrise plutôt bien la méthode Coué. Je pense qu’il n’a pas voulu mesurer l’état dans lequel était le club il y a un an, quand il l’a repris. Il ne pensait pas non plus faire cette saison. Le 23 juillet il y a un an, pour la première saison, il visait la première moitié de tableau, et la troisième saison l’Europe. Dès l’instant où tu te permets de dire ça il y a un an, c’est que tu dois savoir comment tu vas travailler. Il y a eu énormément d’erreurs sportives, ce qui fait que même si financièrement parlant ils ont réussi finalement à se sauver. En tant qu’ancien joueur, Bordeaux est un club historique, et je suis content que Bordeaux puisse rester dans le monde professionnel. Mais ça reste quand même catastrophique parce qu’il y a eu énormément d’erreurs au niveau sportif, notamment avec la nomination de Petkovic. Il y a eu beaucoup de choix étranges qui ont été faits dans la construction de l’effectif, comme Fransérgio… Aujourd’hui, on vit comme si un club comme Bordeaux jouait l’Europe et s’était maintenu à la dernière seconde, donc finalement on est un peu euphorique. Aujourd’hui, finalement, tu restes dans le monde professionnel, tu vas évoluer en Ligue 2, tu t’es préparé bizarrement parce que quand tu ne sais pas dans quelle division tu vas jouer, quel effectif tu vas avoir… Sa seule certitude c’était que David Guion soit le coach de cette équipe, et je pense que c’est plutôt un bon coach pour démarrer une saison en tout cas. Mais ça va arriver vite, Bordeaux sera le club attendu de partout. A priori, ils vont quand même avoir le plus gros budget de Ligue 2… Donc ça va tester l’un des gros favoris, même si l’on sait que c’est très compliqué de remonter directement quand il n’y a pas de souci. Alors quand il y en a, c’est encore plus compliqué… ».