La moitié des clubs descendus en L2 depuis 2012-13 ne sont jamais remontés

Les Girondins de Bordeaux sont descendus en Ligue 2 BKT mais vont-ils remonter en Ligue 1 Uber Eats dès la fin de la saison ? C’est une question à laquelle personne ne peut répondre d’autant plus que le championnat sera sans douté serré et passionnant. Petit décryptage des probabilités et des forces vives.

Avec un budget s’élevant à 40M€, le club au scapulaire fait office de mastodonte dans ce championnat. Ses deux compagnons d’infortune Saint-Etienne et Metz complètent le podium avec respectivement 30M€ et 25M€. A titre de comparaison, quand Toulouse était descendu, en 2020/2021 le club présentait un budget de 26M€ !  La moyenne cette saison est de 10M€ en Ligue 2, bien loin des premiers clubs. Ces budgets résultent aussi de droits TV ainsi que du nouvel entrant dans le paysage du football français CVC.

Du fait de leur exposition et de leur popularité, Saint-Etienne et Bordeaux devraient engranger un pactole bien plus important que les clubs de L2. En 2020-21, ils étaient 8es et 9es au « classement des droits TV » de l’élite, recevant de ce fait plus de 20 millions d’euros.  Les clubs relégués vont recevoir plusieurs millions d’euros grâce aux accords entre la LFP et le fonds d’investissement CVC, même si le montant exact n’a pas été communiqué.

Si les trois relégués feraient de bons candidats à la remontée, cette science en fonction du budget n’est pas exacte. L’AS Nancy a été relégué en National alors qu’il avait un budget important. Le sportif et l’économie ne sont donc pas toujours liés. Sur la saison 2020-2021, Caen avait sauvé sa peau de justesse, alors que Clermont Foot était monté avec le quinzième budget. Mais le FC Metz fait figure de petite exception car ils sont spécialistes des remontées. En 2015-2016 et 2018-2019, ils ont regagné l’élite l’année suivant leur descente. Sur les dix dernières saisons, seul l’ES Troyes AC a aussi réussi cet exploit. Le ratio de remontée immédiate, de l’ordre de 12%, est donc bien maigre… En moyenne, les clubs relégués ont rongé leur frein trois ans avant de retrouver l’élite et 45% des équipes descendues sur la dernière décennie n’ont d’ailleurs plus goûté à la Ligue 1…

Répartition des clubs descendus depuis la saison 2012/2013 :

  • Jamais remontés : 11 clubs : Valenciennes, Sochaux, Evian-TG, Gazéléc, Bastia, Nancy, Caen, Guingamp, Amiens, Dijon, Nîmes
  • 4 ans et plus : 3 clubs : Brest, Lens, Ajaccio
  • 2 à 3 ans : 6 clubs : Troyes (deux fois), Nancy, Reims, Lorient, Toulouse
  • 1 an : 3 clubs: Metz (deux fois), Troyes

 

Cette saison ne va pas arranger les choses puisqu’il n’y aura que deux montées sèches et quatre descentes en National. Si les Girondins de Bordeaux, l’AS Saint-Etienne et le FC Metz pourraient se batailler pour les deux premières places, nul doute que les barragistes de la saison dernière, le Paris FC et le FC Sochaux, seront de la partie. Comptons aussi sur le SM Caen, le Dijon FCO et l’EA Guingamp qui se sont renforcés et veulent s’inviter à la fête. Et que dire du Havre et d’Amiens qui veulent créer la surprise ?

Vous l’aurez compris, la saison est loin d’être une partie de plaisir et la Ligue 2 BKT commence à ressembler de plus en plus à une Ligue 1 bis. Et avec quatre descentes de Ligue 1 en fin de saison, il se pourrait qu’un ou deux autres « gros » tombent en seconde zone. Quand on voit le classement des budgets de cette saison, on aimerait qu’il soit le même niveau sportif mais on prend les paris que ce ne sera pas le cas ! Rendez-vous pris en fin de saison !

Classement des budgets de Ligue 2 BKT saison 2022/2023 :

  1. – Bordeaux : 40M€ (relégué)
  2. – Saint-Étienne : 30M€ (relégué)
  3. – Metz : 25M€ (relégué)
  4. – Paris FC : 23M€
  5. – Dijon : 21M€
  6. – Sochaux : 17M€
  7. – Amiens : 15M€
  8. – Le Havre : 13M€
  9. – Caen : 12M€
  10. – Nîmes : 12M€
  11. – Guingamp : 10M€
  12. – Valenciennes : 10M€
  13. – Laval : 9,3M€ (promu)
  14. – Bastia : 9M€
  15. – Grenoble : 9M€
  16. – QRM : 8,5M€
  17. – Niort : 8,25M€
  18. – Rodez : 8,2M€
  19. – Annecy : 8M€ (promu)
  20. – Pau : 7,5M€