Lucas : “Il faut avoir une très très grande exigence dans le travail au quotidien”

Philippe Lucas

 

Philippe Lucas, le nouvel entraîneur des U17 Régionaux, a expliqué sur Gold FM comment il s’est adapté à cette nouvelle catégorie de jeunes, après avoir quitté cet été les U19 : “C’est quasiment le même métier. Ce n’est pas la même population, ce sont des garçons qui ont deux ans de moins que ceux que j’avais avant. Il faut donc être encore un peu plus patient. Il y a des choses qui sont encore loin d’être acquises. Ils n’arrivent pas avec les mêmes acquisitions que quand je les recevais en 19 ans. Avec un peu moins de maturité. Tout ça c’est à travailler, à développer, c’est le temps qui fera. Au début de saison c’est un petit peu difficile car on a cette habitude d’avoir la catégorie des 19 ans. Là il faut se réadapter mais bon ça reste du football, les exercices ne changent pas beaucoup. C’est au départ, la qualité, l’intensité qui varient. Après la compétition n’est pas la même non plus car c’est une compétition régionale mais malgré tout, comme je leur ai dit, on joue les matches pour les gagner mais en essayant d’y mettre la manière. C’est toujours important le contenu. Le premier match, on avait gagné 4-0 mais je n’étais pas très content. Je leur ai dit mon mécontentement à la fin du match, ils m’ont regardé  avec des yeux ronds. Je leur ai expliqué la façon de fonctionner et qu’il ne faut pas se contenter de gagner le match du week-end. Il faut avoir une très très grande exigence dans le travail au quotidien. Déjà leur inculquer ça, c’est le principal boulot que j’aurai à faire”.

 

Il existe bien une différence entre le fait de jouer une grande compétition nationale comme la Gambardella et passer à des affrontements contre des équipes de la région uniquement : “Non ce n’est pas la même chose. Avec les 17 ans, on arrive à gagner des matches sur la qualité naturelle mais on ne doit justement pas se contenter de ça. Plus ils vont monter de niveau et moins ça suffira. Il faut qu’ils apprennent à être exigeant, à faire les efforts à la perte du ballon, ce qu’on appelle aujourd’hui la transition. Quand ça paraît facile, le risque c’est de tomber dans cette facilité et se contenter de gagner le match. L’objectif, ce n’est pas ça”.

 

Retranscription Girondins4Ever