Frédéric Longuépée : “Ma nature, mes origines et ma formation me portent donc davantage vers une présidence discrète”

Frédéric Longuépée

 

Le nouveau président Frédéric Longuépée a dévoilé une facette de sa personnalité, qui fait de lui un homme pas vraiment communicant. Ce qui n’est pas un problème selon lui pour exercer le métier de président d’un club de football.  “Il y a peu, quelqu’un m’a dit : “Tu parles une fois lors de la conférence de presse (le 8 novembre), et tu ne parles plus !” Je ne sais pas si ce sera tenable mais j’ai trouvé le conseil pertinent. Le poste est exposé mais je ne suis pas convaincu qu’il faille être en permanence sous les projecteurs pour pouvoir piloter un club de football. Ce qui intéresse les médias, c’est le sportif. Or il n’y a pas mieux qu’un coach pour parler du sportif. Le président n’est pas là pour commenter les résultats. Ma nature, mes origines et ma formation me portent donc davantage vers une présidence discrète”.

Certaines personnes le qualifient de véritable machine à créer de l’argent. Un coté de sa personnalité qu’il ne cache pas, et qu’il explique ici. “Ça a effectivement été mon quotidien pendant de nombreuses années (en particulier à la Fédération française de tennis et au PSG), et c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup. En France, personne ne s’est jamais vraiment intéressé à la façon d’autofinancer une franchise sportive. Or le but de tout ce que j’ai fait dans le passé et de tout ce que je vais essayer de mettre en oeuvre aux Girondins est de générer des revenus pour, in fine, alimenter l’acquisition de joueurs, ainsi que la détection et la formation de jeunes footballeurs… J’ai une vision plutôt vertueuse de la chose. Et sans renier ce que les précédents dirigeants des Girondins ont réalisé, je pense qu’il y a des choses à faire pour faire grandir ce club”.

 

L’Equipe