Rolland Courbis : “Le plus dur en prison ? La durée de la journée et ne pas savoir pour combien de temps tu y es. C’est vraiment très long”

Rolland Courbis en 2009, a été incarcéré aux Baumettes dans un premier temps, avant d’être finalement transféré à Montpellier. C’est un ancien des Girondins de Bordeaux, Jean Tigana, qui a œuvré en ce sens grâce à ses contacts. « Avec Jeannot, avec qui nous avions de très bons rapports, nous avions quelques connaissances, notamment lui, pour accélérer ma sortie de prison, compte tenu de mon dossier. Il a fait le maximum, mais malheureusement je pense que j’aurais dû faire un mois et demi, deux mois, maximum, grâce à ce bracelet. Et j’ai fait cinq mois et demi. Malgré le soutien de Jeannot, je n’ai pas pu faire moins ».

L’ancien coach des Girondins et de l’OM raconta ce qui fut le plus dur pour lui en prison. « Le plus dur en prison ? La durée de la journée et ne pas savoir pour combien de temps tu y es. Une journée type ? Tu écris, tu reçois du courrier, tu regardes la télé, tu écoutes la radio, et c’est comme ça. C’est vraiment très long. Les parloirs t’égayent quand même la veille. Tu sais que l’après-midi tu as parloir, et le lendemain tu réfléchis un petit peu à ce que tu as pu échanger au parloir. Ça te meuble ta semaine. Mais bon… J’avais le droit de téléphoner un minimum de temps. Tu te débrouilles comme tu peux. Mais la sortie est compliquée parce que tu resteras quelqu’un qui a été en prison. Pour les gens, ce qui est logique, quelqu’un qui a été en prison, c’est quelqu’un de malhonnête ».

RMC

Retranscription Girondins4Ever