Alain Giresse : “Guy Calleja m’a marqué. C’était le symbole de Bordeaux, un local, il était de Cauderan, et c’était le capitaine”

Alain Giresse, dans NousLesGirondins sur GirondinsAnalyse, s’est souvenu de son arrivée aux Girondins de Bordeaux. « Quand je suis arrivé, c’est très simple. J’étais gosse, et mon père m’a dit ‘ce dimanche, il y a une sélection pour les joueurs nés en telle année’. Je me suis rendu à cette détection, et à cette période les Girondins avaient un centre technique qui n’était pas Le Haillan, mais Rocquevielle. A cette période, aucun club en France n’avait un centre comme ça, c’était déjà quelque chose d’avant-gardiste. C’est là que j’ai fait ma détection, on m’a fait jouer, et à la fin on m’a dit ‘tu es retenu pour jouer dans l’équipe de Benjamins en équipe A’. Moi, j’allais juste jouer au foot, j’étais content, je n’avais pas percuté que A c’était la première équipe de cette catégorie. Mon aventure a démarré comme ça avec les Girondins ».

Et à l’époque, il y avait un joueur à qui il s’identifiait. « Il y avait un joueur à l’époque qui marquait, c’était Guy Calleja. C’était le symbole de Bordeaux, un local, il était de Cauderan, et c’était le capitaine. Ce fut un joueur marquant, international, installé avec l’équipe de France. Mais lui, c’était un homme de devoir, un numéro 6, qui était représentant de ce qu’on évoque quand on parle d’être Girondins. Cette époque-là, il représentait maintenant de ce qu’on évoque aujourd’hui, à savoir d’un joueur par rapport aux Girondins. Et je l’ai connu ensuite comme entraineur ».

Retranscription Girondins4Ever