Jean-Marc Furlan : “Pour l’avoir vécu personnellement aux Gigis, quand on prenait très peu de buts et qu’on était des tueurs à gage, des guerriers…”

Jean-Marc Furlan s’est exprimé sur sa philosophie du football. L’actuel entraineur de l’AJA l’évoque à travers le prisme de son passé de joueur, notamment aux Girondins de Bordeaux.

« Quand tu joues au foot, que ce soit avec tes enfants, ton grand-père, ton père, c’est du plaisir. Dans le management et le travail des ressources humaines. En ce aqui me concerne, la façon dont je vis le football c’est pour donner du plaisir, ou pour en prendre avec les gens. J’ai été éduqué dans un football de combat, dans un football de guerre. Toute ma vie j’ai voulu prendre l’opposé de ce que je faisais moi sur un terrain de football, qui n’était pas très honorable (rires) […] Je dis souvent à mes joueurs que pour avoir été dans des clubs où on était très, très, très forts, comme aux Girondins. On était très forts sur le plan offensif. Mais à chaque fois qu’on prenait un but, on avait une trouille, on ne savait plus quoi faire. Une fois, je suis allé à Lyon, j’ai joué avec Tigana, Moisan, Chiesa… Et eux te disaient ‘on s’en fout de prendre des buts, on en marquera un de plus’. Devant moi, je voyais des mecs tellement talentueux, qu’ils claquaient toujours un but de plus. Tu te rends compte en fait que tu es beaucoup plus heureux quand… Mais c’est une science, et nous les entraineurs, on a de moins en moins de temps. Ça prend du temps d’avoir des automatismes, d’avoir une fluidité dans le jeu de possession, qui te permet d’avoir des occasions et de marquer des buts. Mais quand tu es footballeur, si tu sais que tu es capable de marquer un but de plus que l’adversaire, et beh crois-moi tu vis beaucoup plus léger… Pour l’avoir vécu personnellement aux Gigis, quand on prenait très peu de buts et qu’on était des tueurs à gage, des guerriers… ».

Telefoot

Retranscription Girondins4Ever