Jean-Marc Furlan : “C’est parti dans des valeurs plus économiques, où le côté d’identité forte locale peut s’estomper et disparaitre”

Jean-Marc Furlan a évoqué la fracture qu’il y a dans de nombreux clubs de football entre les supporters de clubs et les directions de clubs comme c’est le cas aux Girondins de Bordeaux.

« Je le ressens. Sur le plan social. Depuis la fin du 20ème siècle, les sports collectifs ont été créés pour un lien social, des valeurs sociales, et des liens identitaires entre les gens. Pour que les gens vivent bien et s’éclatent ensemble. Mais depuis la fin du 20ème siècle, les sports collectifs sont devenus capitalistes. Ce côté économique fait qu’il y a des valeurs de projet, d’identité, qui s’estompent et s’effritent. Cela pose problème avec les supporters. Si le côté identitaire et social disparait, ça va encore engendrer de la violence, c’est logique. De tout temps, on a créé les sports collectifs pour que les gens se retrouvent autour d’une identité forte, d’une culture sociale forte, un côté culturel qui fait qu’on se lie. Maintenant, c’est parti dans des valeurs plus économiques, où le côté d’identité forte locale peut s’estomper et disparaitre ».

Retranscription Girondins4Ever