Les Tops-Flops Girondins4Ever et les enseignements de Niort-Bordeaux

Après les notes, voici les enseignements du second match de préparation des Girondins de Bordeaux, remporté aux tirs au but face aux Chamois Niortais (1-1, TAB 5-3).

Les Tops

Le duo Ruben Pardo et Yacine Adli (6). Avant le prêt de l’espagnol en fin de mercato la saison dernière, l’association des deux semblait prometteuse pendant la préparation estivale. L’arrivée de Jean-Louis Gasset avait changé la donne et Ruben Pardo avait vite compris qu’il ne comptait pas sur lui. Dans une équipe qui risque d’être fortement remaniée avec l’achat principalement de joueurs en devenir devant le manque de moyens et le besoin d’alléger la masse salariale, il faudra quelques joueurs d’expérience pour entourer la jeune garde. L’année dernière, il a manqué au milieu du terrain, en l’absence d’Otávio, ce joueur qui est capable de garder la tête froide dans les moments compliqués. De même, avec la pression du résultat, de nombreux joueurs ont déjoué et le manque de talents techniques a été plus visible encore. Dans ces deux matches amicaux, nous avons pu admirer la facilité technique et le calme de Ruben Pardo. Pour Yacine Adli, on peut parler d’une aubaine, tellement il a paru seul la saison dernière à être capable de mettre le pied sur le ballon. Ces deux joueurs parlent le même langage sur le terrain avec cette aisance balle au pied et la capacité de jouer long ou court avec facilité. Vendre ou brader à bas coût Ruben Pardo, a t-il un sens, alors que la donnée économique rendra difficile de retrouver un milieu box-to-box avec de l’expérience dans un secteur instable la saison dernière ?

Raoul Bellanova (7). L’homme du match. On a pu voir qu’il faisait partie de la fameuse liste des 13 joueurs dont voudrait se séparer Gérard Lopez. Auteur d’un magnifique centre sur le but de Jimmy Briand, il a été d’une grande justesse et d’une grande précision tout au long de la première mi-temps. Il propose constamment sur son côté droit et sa technique, au-dessus de la moyenne, est un atout indéniable. Encore plus que pour Ruben Pardo, pour sa jeunesse, le potentiel que l’on décèle et suite au départ de Youssouf Sabaly, la question du maintien dans l’effectif se pose. Les nouveaux dirigeants ont surement vu ses deux premières prestations de la saison et le regard qu’ils portent sur ce joueur pourrait changer.

Issouf Sissokho (6). Dans l’impact et l’activité, il ressemble parfois déjà à un vieux briscard. Un joueur qui devrait nous permettre avec Otávio et Tom Lacoux de jouer plus haut en proposant un pressing plus agressif dans la récupération du ballon. Et permettre une liberté plus grande à Yacine Adli sur le terrain. Attention tout de même à ses excès d’engagement, parfois.

Dilane Bakwa (6). Une mention pour ce jeune joueur qui a encore montré beaucoup d’envie, de percussion, de culot dans une seconde mi-temps où le reste de l’équipe était un peu amorphe. Du caractère, il en faut pour s’installer à l’échelon supérieur.

Laurent Koscielny (6). Le retour du patron. Calme et solide, il est difficile d’imaginer repartir sans lui même si son salaire pose problème. L’expérience d’un joueur de ce calibre n’a pas de prix.

Les Flops

Josh Maja (3). Quelques bonnes déviations en début de seconde mi-temps et plus rien. Le joueur n’a plus la confiance de son coach et on le ressent sur le terrain. A sa décharge, il a joué presque toute la seconde mi-temps avec l’équipe réserve ou bis. On aimerait le voir dans un système à 2 attaquants et dans une équipe compétitive avant de se faire une idée définitive. Malheureusement, il est possible qu’il n’ait pas le temps d’avoir cette chance. L’on resté réservés sur ce joueur qui semble avoir des aptitudes mais qui stagne. Cependant, sa nonchalance lors de cette rencontre, et l’énorme attentisme sur le but niortais ne plaident pas en sa faveur.

Sekou Mara (3). Comme lors de la première rencontre, il semble perdu sur le terrain. Beaucoup de courses dans le vide, il ne semble pas affuté ou peut-être qu’il subit le contrecoup de la préparation. On attend beaucoup plus de ce joueur.

Amadou Traoré (3). Toujours le même sentiment, il fait des appels sur son côté droit, il percute mais son jeu semble trop prévisible et il ne lève pas assez la tête. Difficile de connaître la vraie marge de progression de ce joueur. Toujours est-il que depuis deux matches, le dernier geste n’est pas au rendez-vous, ou plutôt le choix du dernier geste.

Loïc Bessilé (4). Physiquement et défensivement, il n’a fait aucune erreur. En même temps, il n’avait pas vraiment d’adversaire direct. Par contre, il s’est contenté du minimum comme lors de la première rencontre. On aimerait qu’il apporte plus offensivement sur son côté, surtout que s’il n’ose pas lors des matches amicaux, il tentera encore moins lorsque la compétition commencera vraiment. Lâche toi, Loïc !

Thomas Carrique (3). Malheureusement le même constat que lors de la première rencontre, et que Loïc Bessilé. Beaucoup trop discret alors que c’est pourtant le moment pour lui de montrer, de prouver.

Retour du 4-4-2, une équipe en progrès

Adieu (pour ce match) le 3-5-2 ou 3-4-3 et retour à une défense à 4. Bordeaux a semblé plus stable et équilibré dans ce système. Une première mi-temps où les enchainements ont été globalement de bonne qualité grâce à un jeu fluide et technique. Les nombreux changements à la pause ont cassé ce ressenti.