Josuha Guilavogui : « C’est tellement dur sur le terrain qu’on ne peut pas se permettre de faire des écarts. Peut-être que certains ne l’ont pas compris, mais ce sera à eux d’y répondre »

En conférence de presse, Josuha Guilavogui a été invité à parler de l’investissement des autres joueurs des Girondins de Bordeaux cette saison, vis-à-vis des nombreux écarts extra-sportifs dévoilés ces derniers jours.

« Ça, je pense qu’il faut se le dire entre joueurs. Je ne peux que parler de moi-même, vous posez les questions aux joueurs concernés. Ce sera aussi à eux d’assumer, de dire ce qui s’est passé. Mais je préfère parler de ça entre quatre yeux […] Quand j’arrive, alors que le plus gros de ma carrière est derrière moi, je me mets en mode mission, où je sais qu’il va falloir que je sois intransigeant sur mon extra-sportif. C’est tellement dur sur le terrain qu’on ne peut pas se permettre de faire des écarts. Peut-être que certains ne l’ont pas compris, mais ce sera à eux d’y répondre. Aujourd’hui, je suis devant vous, et j’ai honte. Ce sera aussi à eux de répondre à ces questions-là, et à trouver les bonnes réponses ».

Comme devant la presse, peu de joueurs souvent venus assumer aux micros.

« Je ne suis pas quelqu’un qui me cache, je ne suis pas quelqu’un qui fuit ses responsabilités. Pour moi non plus, ce n’est pas facile d’être devant vous, de répondre à ce genre de question. Mais on doit assumer. En tant que capitaine, c’est mon rôle d’aller au front, d’aller répondre à certaines questions qui ne sont pas simples. Lorsque vous acceptez d’être capitaine, ce n’est pas que pour les bonnes choses, c’est aussi pour les mauvaises, cela fait partie de mon rôle. Je sais que j’ai pu être fidèle à moi-même, me respecter moi-même, et quand je me regarde dans le miroir, c’est sûr que j’ai honte, mais je sais que j’ai tout donné. On vit dans un monde sportif où il y a le succès, mais le succès des uns fait aussi les échecs des autres ».

Retranscription Girondins4Ever