Christophe Hutteau : « Certains joueurs étaient en fin de contrat au 30 juin, avait des accords de prolongation, mais on n’a pas pu les valider. En même temps, d’autres clubs français qui leur proposaient de signer un contrat pro… »

Sur France Bleu GirondeChristophe Hutteau, agent de joueurs/joueuses, a expliqué l’été mouvementé qu’ont connu ses joueurs qui évoluent aux Girondins de Bordeaux.

« Aujourd’hui j’ai sous contrat 11 joueuses et joueurs sous l’identité Girondins de Bordeaux, donc inutile de vous dire que j’ai passé beaucoup, beaucoup de temps à essayer de rassurer les unes, les uns, les familles de nombreux jeunes joueurs, parce qu’il y avait beaucoup d’inquiétudes, et à juste titre.  Après le verdict de la commission d’appel de la DNCG, il faut savoir que beaucoup de jeunes joueurs, qui font leur formation aux Girondins de Bordeaux, qui suivent donc également des études, se sont retrouvés pendant quelques jours plus que dans l’embarras, puisqu’il fallait chercher un nouveau collège, un nouveau lycée, une nouvelle formation… Fort heureusement, tout a fini par bien se dérouler et se conclure, mais ça a été difficile parce que l’inquiétude était grande chez tous et toutes ».

« Si j’ai eu peur pour le club ? Oui, peur oui, terrorisé, oui. Parce que la situation était grave. Il ne faut pas se leurrer, pas se cacher. Lorsque vous gérez autant de joueuses et joueurs, vous vous devez d’être dans l’anticipation, mais vous êtes également un partenaire du club quelque part. Vous ne pouvez pas travailler contre l’intérêt également du club. Un bon deal, c’est un deal qui satisfait toujours toutes les personnes, il ne faut pas qu’il y ait de frustrations. D’où la difficulté qui a été la nôtre à gérer et accompagner les inquiétudes, les moments de solitude même de certains parents. Nous sommes rompus à ce genre de situation, nous arrivons à prendre de la hauteur, mais imaginez un joueur de 16-17-18 ans, qui va se retrouver sans contrat, ou pour lequel le risque de se retrouver sans contrat est grand… Moi, j’ai été confronté, sur certains jeunes joueurs, à une double problématique. Ils étaient en fin de contrat au 30 juin, on avait des accords de prolongation, mais on n’a pas pu les valider. Et de façon concomitante vous aviez des propositions d’autres clubs français qui leur proposaient de signer un contrat professionnel. C’était très particulier, très compliqué à gérer ».

Retranscription Girondins4Ever