Vers le paiement de certains contrats pour libérer de la masse salariale ?

Vous le savez, les Girondins de Bordeaux ne peuvent pas encore faire jouer ses recrues que sont Yoann Barbet, Vital N’Simba et Jonas Lössl, leurs contrats n’étant pas homologués, faute à une masse salariale actuelle trop importante. Selon L’Equipe, cette situation « commence sérieusement à inquiéter les intéressés et leur entourage ».

Pour qu’ils soient officiellement des joueurs des Girondins de Bordeaux et aient accès aux compétitions, il faudra que les joueurs du loft, qui ont pour la majorité des salaires conséquents (L’Equipe parle de salaires oscillant entre 65000 et 130000 euros brut mensuels) quittent le club prochainement et allègent ainsi la masse salariale. Cela pourrait se faire assez rapidement pour un joueur de l’effectif, Hwang Ui-Jo (120000€ par mois), ou un joueur de ce loft M’Baye Niang (90000€ par mois), mais aussi pour Junior Onana. Mais il restera encore Rémi Oudin qui est à plus de 100000€, tout comme Edson Mexer, puis Abdel Medioub, Enock Kwateng, Paul Baysse et Mehdi Zerkane.

Alors, si Bordeaux est conditionné à leur départ pour recruter, cela pourrait prendre du temps, et le problème de les réintégrer en fin de mercato s’ils ne partaient pas, serait évidemment un souci de plus à gérer. De ce fait, Admar Lopes met la pression sur les agents, mais ce sont les joueurs, ayant actuellement un contrat, qui sont en position de force.

De ce fait, et on le sentait venir, la direction bordelaise réfléchirait à payer certains contrats pour ainsi débloquer de la masse salariale, et enfin commencer le mercato, selon L’Equipe.

« Il se murmure même que la direction bordelaise pourrait se résigner à payer certains contrats. Ce qui serait peu apprécié à la DNCG » (L’Equipe)

L’Equipe rappelle d’ailleurs que les Girondins de Bordeaux se sont engagés à vendre pour près de 24 millions d’euros et qu’à l’heure actuelle, nous n’en sommes « qu’à » 11 millions d’euros (+2 de bonus) avec le départ de Sékou Mara.