Marvin Esor : “Le club m’a beaucoup donné, moi petit garçon de Corrèze et d’Ussac. En être arrivé là où je suis arrivé, je ne peux pas avoir de regrets”

L’ancien joueur des Girondins de Bordeaux, Marvin Esor, est revenu sur son choix à l’époque de quitter les Girondins de Bordeaux pour rejoindre Arles alors qu’un contrat pro d’un an lui a été proposé.

“C’était un choix concerté avec Patrick Battiston, qui m’a beaucoup aidé. Il y avait d’un côté la gestion du club, où on pourrait redire plein de choses. Mais après il y avait la question d’homme, et sur ce plan-là Patrick l’a très bien compris. On a toujours cette relation un peu particulière. Si je l’appelle, je n’ai pas de gêne, et c’est pareil pour lui. Ma situation à cette époque était aussi d’ordre familial, j’allais être jeune papa. Il avait bien compris qu’il fallait que j’expérimente, que j’invente autre chose. Il m’a aidé dans ce cheminement, il a eu les mots justes. Je ne regrette pas ce choix-là. Le club m’a beaucoup donné, moi petit garçon de Corrèze et d’Ussac. En être arrivé là où je suis arrivé, je ne peux pas avoir de regrets […] Quand je pars, je touche moins à Arles qu’aux Girondins, si on parle d’argent. Je pars, je rate ma dernière épreuve du Bac. Et quand je pars à Arles, je passe le dernier péage, je n’ai même pas assez pour revenir… C’est symbolique. Je n’ai plus d’économies, je n’ai plus rien. J’ai demandé à ma mère de m’envoyer un petit mandat cash quand même parce qu’on ne sait jamais (rires). Et en plus, j’étais dans l’attente d’un club qui n’avait pas encore passé la DNCG… J’avais d’autres propositions, en National notamment, mais je partais avec un état d’esprit. Je rentrais dans le monde des grands, avec une éducation qui me permettait de pouvoir affronter ce monde-là. Aujourd’hui, on est complètement dans une autre dynamique, c’est pour ça qu’il faut savoir s’adapter aussi à l’environnement. On ne peut pas blâmer les jeunes aujourd’hui. S’ils sont comme ça aussi, c’est qu’on les a créés comme ça. On ne peut pas refaire le monde, donc il faut s’adapter”.

Retrouvez l’interview complète de Marvin Esor ICI, sur Girondins4Ever