Jean-Pierre Papin : « C’est un retour aux sources, oui. C’est bizarre car il y a beaucoup de fierté d’un côté, mais de l’autre, c’est comme si je découvrais le club »

Dans La Provence, Jean-Pierre Papin a expliqué pourquoi il a fait choisi de revenir à l’Olympique de Marseille, plus de trente ans après son passage.

« C’est un retour aux sources, oui. C’est bizarre car il y a beaucoup de fierté d’un côté, mais de l’autre, c’est comme si je découvrais le club. Tout a changé. (rires) Il reste quelques personnes de mon époque, quand même, mais l’OM a pris une ampleur incroyable dans tous les domaines. Que ce soit les installations, l’organisation, le stade… À mon époque, on s’entraînait à Luminy, au Cesne, puis après on est allé au stade Delort, là c’était pratique car c’était à côté du Vélodrome. Mais quand on est venu à La Commanderie, il y avait seulement deux Algeco et il n’y avait même pas de route. Pareil pour le Vélodrome. Je l’ai connu dans ses diverses évolutions, on est passé de l’ancien à un stade plus ouvert, puis maintenant à celui-ci qui est recouvert par un toit. Je regrette de ne pas avoir joué dans la version actuelle ! Mais je trouve que c’est beau de redécouvrir le club qui m’a fait de cette manière-là […] Moi, j’ai besoin que ça se passe bien avec les gens. Si ça se passe mal, je ne peux pas cautionner des choses. Avec Pablo, ce qui est bien, c’est qu’il a un regard tourné vers l’avenir. Moi, je représente plutôt l’expérience. Mais au final, on a la même vision des choses. Il a un regard différent des autres. C’est bluffant d’ailleurs de voir son expérience et ses compétences, de constater l’étendue de ses connaissances sur le foot, sur les joueurs. Et puis, il a réuni des gens autour de lui, et on sent qu’ils sont là pour lui. Moi, c’est pareil. Je suis là pour lui ».